2018 - Les âmes données - Exposition Photographique

Création Personnelle

Le texte a été écrit par Thomas Journot 
Photographe et responsable de la galerie L'Atelier des berceurs
12 rue Gueneau
21350 Soussey-sur-Brionne
lesberceursdinstantanes

LES ÂMES DONNÉES/

La photographie, comme révélateur de l'invisible, c'est le défi que s'est lancé Tony Gagniarre. Une personne, un portrait. Mais pas seulement... Il voulait montrer autre chose que les traits, visibles, d'un visage. D'accord, mais comment faire avec une image fixe ? Tony Gagniarre vient du graphisme, du graffiti, de la vidéo... cet amoureux de technique, qui pour lui, est autant un moyen qu'un art en lui même, a cherché et trouvé un procédé qui lie peinture, narration... et photographie. 

La photo, par son instantanéité, sert à fixer le temps, rendre éternels les choses et les gens, Tony Gagniarre, lui, a depuis toujours utilisé ce médium pour révéler autre chose que le visible, en utilisant la magie du laboratoire argentique, la lumière -par essence furtive- et les photogrammes. Pour ce projet, commencé il y a 5 ans, il cherche à transcrire sur le papier l'inconscient de la personne photographiée. Un procédé photographique simple, mais maîtrisé: pose longue, aucune retouche, lumière ponctuelle sur le visage en mouvement... De nombreux modèles, énormément d'expérimentations et de temps.

Ce qui en découle, c'est un portrait inclassable, entre visage et bestialité, pour exprimer à la fois une émotion et une intention. Par un geste pictural, Tony Gagniarre intègre une temporalité, où la lumière sert de révélateur. Animal, fuyant, flou, fou, mystique ou secret, autant d'adjectifs qui caractérisent cette série. Volontairement traité entre noir complet et lumière crue, il nous livre un travail intimiste de par ses tableaux mais également la scénographie de l'exposition. Il faut alors se donner du temps devant ses « portraits » pour se laisser approcher par l'âme du modèle. Ce qu'on a l'habitude de nommer visage n'est plus là. Reste l'expression d'une émotion intérieure rendue visible par la durée de la prise de vue. 
La photo vole l'âme des sujets, paraît-il. Ici, ils nous la donnent. 

 

Les photos du montage de l'expo sont la propriété de Thomas Journot